Les fêtes sont souvent synonymes de repas copieux et généreux. C’est une période importante, de repas partagés entre amis ou en famille. Il est normal de se faire plaisir. Alors comment faire pour en profiter en restant modéré.

Tout d’abord, s’y préparer : réfléchir à ce que l’on va manger avant, pendant et après les fêtes, s’organiser pour avoir des moments où l’on peut prendre l’air, aller marcher…

Ensuite, ne pas s’affamer avant : ne pas sauter de repas ou prendre des repas trop légers sinon le jour même on risque de craquer et de manger plus. Quelques jours avant, on peut modérer les aliments gras et sucrés (éviter la raclette, la tartiflette, les pâtisseries), privilégier les fruits et légumes, la viande blanche, les œufs, le poisson. Des aliments simples, variés, en quantités raisonnables. Ceci est aussi valable la semaine entre Noël et Nouvel An et après les fêtes.

Le jour même, manger en pleine conscience : regarder, sentir et goûter les aliments avant de les avaler, prendre son temps en les dégustant et en les savourant, penser à la personne qui a préparé le repas… Le maximum du plaisir est atteint avec les 3 premières bouchées, ensuite on finit sa portion ou son assiette pour ne pas gâcher.

Notre corps n’aime ni les restrictions, ni les excès !

Pour ceux qui reçoivent chez eux, on peut alterner les mets plus riches avec des mets plus légers : des verrines crabe avocat mangue à la place de feuilletés, des huîtres pour changer du foie gras, de la dinde plutôt que de la viande rouge…

Dans tous les cas, on peut se faire plaisir et apprécier avec de petites quantités : un amuse-bouche de chaque à l’apéritif, une fine tranche de foie gras et son toast, ne pas se resservir, éviter le pain à table, choisir entre fromage ou dessert…

Je vous souhaite à toutes et à tous, de délicieuses fêtes, une belle et heureuse année à venir…